Deprecated: Optional parameter $prefix declared before required parameter $extension_name is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/mwt-unyson-extensions/mwt-unyson-extensions.php on line 86

Deprecated: Optional parameter $full declared before required parameter $zip_path is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/unyson/framework/extensions/backups/includes/module/tasks/class--fw-ext-backups-module-tasks.php on line 985

Deprecated: Optional parameter $option_id declared before required parameter $value is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/unyson/framework/extensions/megamenu/helpers.php on line 193

Deprecated: Optional parameter $method declared before required parameter $args is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/unyson/framework/extensions/social/extensions/social-facebook/class-fw-extension-social-facebook.php on line 104

Deprecated: Optional parameter $method declared before required parameter $args is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/unyson/framework/extensions/social/extensions/social-facebook/helpers.php on line 17
Les Marchés en France comme au Mexique : Mon endroit chouchou pour faire les courses – La Gourmandista

Cooking in progress...

Les Marchés en France comme au Mexique : Mon endroit chouchou pour faire les courses

En mi puesto favorito de frutas y verduras del Marché d'Auteuil un sábado por la mañana

Ma grand-mère habitait à côté d'un marché très populaire à : Le Mercado de Medellín. Ce marché était à quelques mètres de chez elle, donc, quand j'ai passé ma journée avec elle, nous y allions fréquemment dans le quartier (Roma) et alliez  acheter un avocat qui accompagnerait mon déjeuner préférée, une soupe aux vermicelles et des galettes de pomme de terre. Pour moi, il s'agissait d'une aventure en elle même. Pour me défendre, je n'avais que cinq ans, je crois. Les commerçants crierait d'une façon assez vivante pour attirer la clientèle, connu dans ce type de marchés en offrant leurs bons affairs ainsi qu'un petit bout pour goûter leurs produits. J'ai détesté le déplacement -surtout parce que je me fatiguais à cause de la promenade, mais j'adorais y aller. Et même quand j'étais très jeune, j'ai toujours fait très attention pour ce qui arrivait dans chaque stand.

Plus tard j'ai appris quelques phrases moins orthodoxes de la part de ma mère et ses déplacements au marché avec ses commerçants préférés. D'abord, on trouvait Manuel, le boucher, qui a toujours écoutait maman dire : “Nettoyez bien la pièce, enlevez tout la graisse”. Puis, il y avait René, le commerçant des et . Lui, il écoutait des phrases du style : “Si ce n'est pas bon, je le rendrait”… mais tout était toujours bien frais, bien goûteux, sucré.

Les années sont passés et c'était à moi de faire les courses, mais je n'avais quasiment jamais l'occasion de les faire au marché et pourtant, de la même façon que beaucoup de jeunes de ma génération, j'ai fini par faire mes courses à l'hypermarché du quartier. En tout cas, si je vraiment voulais la vraie street food, même si c'était toute vite, j'ai trouvé la bonne route express vers les marchés de la ville. Par exemple, je me souviens d'un marché sur un axe assez important à Mexico City qui s'appelle Río San Joaquín, où on peut manger les meilleurs quesadillas au chien de mer. Aussi, dans un autre quartier de la ville, Cuajimalpa, là je me souviens avoir mangé la birria (qui est comme un pot au feu épicé originaire de l'état de Jalisco fait à la base de viande de mouton) et qui ferait n'importe qui se lever de son lit de mort. Cependant, si on parle des quesadillas (en-cas fait à partir d'une tortilla à la farine de maïs farcie au généralément, mais pas toujours),  il me semble que mon stand préféré serait le stand qu'on peut trouver au marché placé les Samedis matins au coin de l'Avenida STIM et Bosques de Reforma. Miam ! Je pense à tout ça et je salive déjà.

Après, une fois, peut-être deux, je me souviens d'être allée au marché du style pour trouver quelque chose de spécifique, et je le ferais avec mon fidèle guide pour ce genre d'endroits : Mon père. Lui, étant mon super héro personnel, est le seul grand connaisseur de TOUT bon marché à Mexico City. Peu-importe ce dont j'ai besoin. Il a toujours su où on pouvait tout trouver : La Viga, Jamaica, Sonora… Il m'a tout montré.

Les fleurs au Marché des Enfants Rouges

Mais ici en , c'est à moi de les découvrir petit à petit. Il faut dire qu'en me promenant par ces stands suffirait pour en tomber amoureux, même quand ils peuvent être éphémères, car on peut trouver pas mal des bons produits frais, mais aussi quelques délices régionaux exceptionnelles.

Si je dois choisir mon marché préféré, je crois que ma réponse serait auprès de ce marché qui se trouve à deux pas de chez moi, là où je fais mes courses. Néanmoins, plus je me promène par la ville, plus je trouve d'intéressant. Oui, comme tout, les prix vont changer un peu, mais chaque marché a sa propre ambiance.

Parmi ceux qui m'ont conquis, on peut trouver le Marché d'Auteuil les Mercredis et les Samedis matins, ce sur Rue Gros les Mardis et Vendredis matins, ainsi que le , un marché établi au sein du quartier de Passy où on peut trouver des produits vraiment extraordinaires. Un peu plus loin, j'ai trouvé pas mal des marchés où des amis et les professeurs de l'école d'arts culinaires m'ont amené et que j'ai découvert petit à petit, sans ajouter comment ils sont aussi unique. Par exemple, il y a le Marché des Enfants Rouges au Rue de Bretagne et qui date depuis 1615, il me semble c'est une visite à ne pas rater dans la ville grace à ses commerçants et restaurants. Je crois qu'ici j'ai mangé le meilleur couscous Marocain de ma vie. Un autre marché qui a sa propre popularité étant donné son offre commercial, ainsi que ses prix vraiment intéressants dans tout Paris intra muros, est le dit Marché d'Aligre. Là, je me souviens avoir trouvé 80% des ingrédients nécessaires pour un avec une couple d'amis qui sont venus à la maison pour goûter mes Chiles en Nogada. Le mieux a été le prix des courses : seulement 30€. Le reste, j'ai dû aller au Monoprix du coin et j'ai dépensé la même somme. Mais, on parle de marchés… alors, qu'est-ce qu'on peut ajouter sur ce de l'Avenue du Président Wilson et sa clientèle si chic, ou ce qui se met à la Rue Saint Charles où j'ai même apperçu de la charcuterie à la chair de cheval ou le marché 100% Bio sur le Boulevard Raspail.

Vous serez d'accord avec moi, que c'est un vrai régal ?

Mais, d'où vient toutes ces délices ? J'ai appris que jusqu'aux années 60, le grand marché de la capitale était à Châtelet. Maintenant, là aux Halles il y a un centre commercial vraiment pas terrible, lequel est en train d'être réaménagé depuis notre arrivé en 2011, mais il n'est pas encore fini, et clairement, la seule chose qu'on ne peut pas trouver là-bas, sont des produits fraîches du terroir. Les riverains, par contre, parlent d'un endroit qui s'appelle Rungis. J'ai entendu parler qu'il s'agit d'un vraie marché ne ressemblant aucun autre. Situé dans la banlieue parisienne, apparemment on a besoin d'un pass pour pouvoir y accéder. Mon Dieu, ça veut dire qu'il serait vraiment difficile sinon impossible y aller et faire une visite, pour ne pas penser y faire ses courses hebdomadaires.

es_MXSpanish