Deprecated: Optional parameter $prefix declared before required parameter $extension_name is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/mwt-unyson-extensions/mwt-unyson-extensions.php on line 86

Deprecated: Optional parameter $full declared before required parameter $zip_path is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/unyson/framework/extensions/backups/includes/module/tasks/class--fw-ext-backups-module-tasks.php on line 985

Deprecated: Optional parameter $option_id declared before required parameter $value is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/unyson/framework/extensions/megamenu/helpers.php on line 193

Deprecated: Optional parameter $method declared before required parameter $args is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/unyson/framework/extensions/social/extensions/social-facebook/class-fw-extension-social-facebook.php on line 104

Deprecated: Optional parameter $method declared before required parameter $args is implicitly treated as a required parameter in /home/lagourz/www/wp-content/plugins/unyson/framework/extensions/social/extensions/social-facebook/helpers.php on line 17
artisans – La Gourmandista

Cooking in progress...

Etiqueta: artisans

Mauviel 1830 : Travail avec du Sens depuis 1830

Étant mexicaine, quand quelqu’un parle du cuivre, il me fait penser aux artisans, aux casseroles, aux marchés. Ça me rappelle aux ‘purépechas’, un groupe indigène à l’état mexicain de Michoacán dédiée à l’exploitation des mines de cuivre et qui continue à travailler avec une énorme singularité les pièces martelées et polisses manuellement. Mais, avec toute ma sincérité, je n’avais jamais réfléchi sur une batterie de cuisine de grand luxe avant avoir visité les Châteaux de la Loire il y a quelques étés. Là-bas, j’ai trouvé un certain nombre des marmites, des casseroles et des poêles fait à partir de ce métal et gravé avec des dates de manufacture de plus de 100 ans. Moi, j’étais vraiment surprise, car toutes étaient en conditions parfaites pour démarrer la préparation d’une soupe ou d’une confiture, pour dire le moindre. La marque du fabriquant n’était pas marqué, ou, moi, je n’en ai pas repéré une.

En tout cas, avec un peu de recherche et l’aide des professeurs à l’école d’arts culinaires, j’ai appris que ces batteries de cuisine provenaient d’un endroit similaire à celle que j’ai trouvé dans mes mémoires d’enfance, cette fois-ci tout près de l’Abbaye du Mont Saint-Michel en Basse-Normandie. Ainsi, c’était comment je me suis retrouvé devant Mauviel 1830. Et alors, c’est maintenant que j’apprends la différence élémentaire entre les deux endroits, car ici, la manufacture date des temps des Croisades, puisque les artisans ont appris un peu de façon obligatoire à provisionner des ustensiles pour la guerre. Avec le temps, les pièces deviennent ornementales, et même quand Mauviel 1830 n’est pas le seul fabriquant de la région, il s’agit du plus important. Pour le moment, ils servent exclusivement les arts culinaires et de table, mais l’histoire pourrait être modifié à nouveau dans l’avenir, grâce au positionnement du cuivre en vogue dans les arts décoratifs.

Le siège de Mauviel 1830 est dans un petit village nommé Villedieu-les-Poêles. L’entreprise appartient depuis 7 générations à la même famille et depuis 2006 c’est Mme. Valérie Le Guern Gilbert qui est en charge. Elle a succédé son père et fait son mieux pas seulement pour être la responsable d’une entreprise globale, mais aussi d’une famille de l’entreprise. Lorsqu’on arrive chez Mauviel 1830 on peut bien sentir l’esprit de famille et la chaleur qu’on aperçoit en rentrant chez soi. Évidemment en pleine S. XXIe, la gamme offert au public n’est pas en cuivre exclusivement, ils travaillent aussi avec l’inox traité de différents façons, avec la céramique et même l’argent pour les concours de cuisine comme le Bocuse d’Or.

Synthétiser ma journée chez Mauviel 1830 est vraiment difficile. Certainement, je peux vous dire que j’ai trouvé une entreprise préoccupé pour faire de l’innovation, pour bien faire son métier, pour laisser une trace dans sa communauté, mais surtout pour que ce qu’ils fassent ait du sens. Les retraités de chez Mauviel revient fréquemment deux, même trois fois par semaine pour continuer à partager leur savoir-faire avec leurs apprentis, car l’artisanat se partage à travers la pratique et l’expérience acquis à la maison de manufacture.

La marque est présente en Asie, partout en Europe, en Australie, en Moyen Orient et en Amérique. Le Mexique et les États-Unis sont parmi la liste des pays où on peut trouver la marque qualifié par chefs de la taille de Yannick Alléno qui a au moins 6 macarons Michelin comme les meilleurs casseroles du monde. Franchement, impossible n’est pas être d’accord avec lui, à mon avis.

Valérie, qui en faisant un approche entre ma nationalité et la marque, m’assure que depuis quelque temps les produits de Mauviel 1830 sont en vente chez Wiliams-Sonoma et que l’entreprise continue à travailler pour avoir une certaine présence dans le marché de l’Amérique Latine. Allez-savoir, peut-être un jour ces artisans purépechas dont je parlais au début de mon texte pourraient travailler aussi de la main de Mauviel 1830.

Omnivore, beaucoup plus qu’un festival culinaire sur Paris

Les autorités à l’école nous ont invités entre un cours en un autre, et juste avant les examens qui marqueraient la fin de la première période de mes études pour un événement que pour moi n’était pas encore bien claire de quoi il s’agissait. Trois jours de démonstrations culinaires en continu dans trois scénarios différents : le salé, le sucré, les food-trucks, les cocktails, la librairie, les dégustations, les dîners-thème, les prix… de même qu’une magazine. En réalité, il me semble que tout a commencé avec le magazine. Le ticket pour l’événement avait un prix d’environ 100€, mais pour les chanceux élèves de l’institut qui m’accueille, il ne fallait que s’inscrire en ligne, car c’était gratuit. Tout de même, je n’étais pas encore sûre ce que j’allait voire. En tout cas, j’ai décidé ne pas rater l’opportunité, puisque dans le programme il y avait quelques noms dont j’avais déjà entendu parler.

J’ai décidé arriver pour la deuxième démonstration culinaire de l’événement soi-disant “Cuisine 100% jeune”. Entre nous, à mon avis, il y avait quelques uns d’un certain âge déjà, hahaha ! Cependant, les surprises sont commencés le moment quand la lumière s’est éteint. Des gens connus par ici et par là, quelques autres pas trop. Des français comme des étrangers, j’ai même trouvé un compatriote mexicain qui m’a fait sourciller quand je lui ai vu cuisiner. Sans doute, amusant, mais aussi révélateur. L’événement ne me semblait pas trop grand, mais la réalité était toute contraire à mes idées originaux. Cette année ils fêtaient leur 10ème anniversaire. J’ai vu aussi qu’ils font un tour par différents pays. Malgré tout, pas encore des pays latino américaines dans la liste… J’espère que ça arrive bientôt. Au moins, au Mexique, il me semble ça serait intéressant, car on pourrait voir les connus, ainsi que découvrir les jeunes qui commencent à prendre la scène gastronomique, et pourquoi pas, inviter les grands pour qu’ils découvrent la richesse de nos saveurs dit exotiques. Une surprise bien agréable ces trois jours de « gourmandise » contrôlée et une armée de mains travaillant à la Maison de la Mutualité qui ont fait ce merveilleux événement dont sa description pour moi n’est peut être une autre que Omnivore: Le congrès des cuisiniers.

Giovanni Passerini

es_MXSpanish